Miss Peregrine’s Peculiar Children : A map of Days, by Ransom Riggs

Having defeated the monstrous threat that nearly destroyed the peculiar world, Jacob Portman is back where his story began, in Florida. Except now Miss Peregrine, Emma, and their peculiar friends are with him, and doing their best to blend in. But carefree days of beach visits and normalling lessons are soon interrupted by a discovery—a subterranean bunker that belonged to Jacob’s grandfather, Abe.

Recently, I read the fourth volume of Miss Peregrine’s Peculiar Children in English because I wanted to (re)discover Ransom Riggs’ writing and to improve my English comprehension. But firstly, it was because of the beautiful English hardback edition. Indeed, it’s surely one of the most magnificent book I have ever had: the black book cover is decorated with a golden bird, the name of the volume is written in golden letters on the edge, all the chapters are separated by a blue page with diamond patterns and finally, at the top and at the bottom of each page, the title and the number of pages are stylized with blue lines…I think that I wasn’t very objective with the story in itself because I was too amazed by the page sitting but I tried to pay attention to my reading too!

I was very surprised when I heard about a fourth volume because I thought that the Library of Souls was the last one. Lire la suite

Publicités

Les yeux du dragon

Le roi de Delain, faible et incompétent mais bien intentionné, se fait vieux. Son fils aîné Peter, qui a hérité des qualités de sa défunte mère, est prêt à prendre sa succession à sa mort. Il est aimé de tous, courageux, généreux, bon, charismatique… Et pourtant, Flagg, le magicien et conseiller en chef du roi, fait tout basculer en une soirée. Accusant Peter du meurtre de son père, il place Thomas son cadet sur le trône et s’empare du pouvoir. Du haut de la tour de l’Aiguille où il est enfermé à vie, Peter est contraint d’observer, impuissant, les ravages du magicien…

”Il était une fois un roi qui vivait dans le royaume de Delain avec ses deux enfants.”

Les yeux du dragon est un conte qui commence comme beaucoup d’autres et dont l’intrigue pourrait être résumée en quelques phrases à peine, mais le pari d’approfondir les personnages et les situations pour former un roman de 470 pages est réussi ! Dans la plupart des contes en effet, la brièveté de l’histoire impose des personnages types auxquels on n’a souvent ni le temps, ni envie de s’attacher. Ici, les personnages principaux sont également typiques de ce genre littéraire (roi, prince, magicien…) mais leur destiné s’enrichit d’intrigues secondaires, de complots, de rencontres plus intéressantes qui donnent un relief tout particulier à l’histoire. Ainsi, un détail qui peut sembler insignifiant ou anecdotique au début peut s’avérer être d’une importance capital à la fin : les ficelles de l’intrigue ne sont pas toutes aussi grosses que dan un conte plus classique, et c’est sûrement ce qui fait toute la différence. Le narrateur, très partial dans ses remarques, donne une petite touche d’originalité à l’histoire et suggère au Lire la suite

L’assassin royal T1. L’apprenti assassin, de Robin Hobb

Fitz, le bâtard du prince héritier Chevalerie, grandit à Castelserf au royaume des Six-Duchés sans connaître ni mère ni père, ce dernier ayant refusé le trône en apprenant son existence. S’il ne peut en aucun cas prétendre à la couronne, Fitz reçoit une éducation sous la protection de Burrich le maître d’écurie, jusqu’au jour où le roi prend son avenir en main : Fitz va alors commencer une initiation nocturne et secrète pour devenir assassin à son service.

« Nous nous fabriquons souvent nous-mêmes nos propres prisons. Mais on peut aussi créer sa propre liberté. »

Comme introduction au roman, Fitz, devenu vieux, raconte son histoire depuis son arrivée à Castelserf à l’âge de six ans. A partir de là, on suit ses aventures d’enfant puis d’adolescent, son apprentissage du combat, des bonnes manières et de l’Art (une magie puissante réservée à la famille royale). Ce premier tome est donc avant tout un roman initiatique, surement en introduction à la suite des douze autres volumes. Habituellement je n’aime pas beaucoup me lancer dans des séries aussi longues, mais plusieurs personnes m’ont conseillé celle là et pour cause, j’ai adoré !

Le lecteur est directement plongé dans l’univers médiéval-fantastique (d’heroic fantasy) du roman. En effet, jusqu’à l’apparition de la magie, ce monde très subtil et travaillé ressemble beaucoup au nôtre pendant le Moyen-âge. L’histoire est très captivante et je me suis tout de suite attachée à Fitz : c’est un jeune garçon très solitaire qui tente de survivre dans cet univers de pouvoir dans lequel tout le monde ne lui veut pas que du bien. C’est également un personnage plutôt réaliste qui ne sait pas très bien où est sa place en raison de sa naissance. Il a des hauts et des bas, fait des erreurs et Lire la suite

Chaque chose en son temps, de Lorris Murail

Chaque-chose-en-son-temps

Reine, une jeune femme française au service de Louis Nicolic, un scientifique Serbe pendant la première guerre mondiale, le retrouve un jour gravement blessé après l’une de ses expérience. Des médecins l’emportent dans un hôpital militaire à quelques kilomètres de là et Reine se retrouve seule avec une étrange découverte : un trou noir s’est formé dans le laboratoire du scientifique. Cent ans plus tard, en 2015, deux enfants observent le même phénomène dans le garage de leur maison…

J’ai beaucoup aimé ce roman mais j’ai néanmoins un avis assez partagé. D’un côté j’ai passé un très bon moment en le lisant : Reine est un personnage attachant, une jeune femme pleine d’énergie qui donne du rythme à l’histoire. Elle est assez naïve sur l’ampleur de la Grande guerre au début et on découvre donc en même temps qu’elle l’atrocité des conflits auprès des Gueules Cassées de l’hôpital. Lorsqu’elle commence à comprendre qu’elle peut, à travers le trou noir, parler avec de habitants du futur, elle veut naturellement savoir quand est-ce que cette guerre finira. Quand Quentin et Blaise lui annoncent trois ans de conflit supplémentaires, et pour couronner le tout une seconde guerre mondiale, son moral tombe au plus bas… L’Europe que les deux enfants lui décrivent paraît alors merveilleuse, presque utopique, une belle promesse d’espoir. Un pays où l’Allemagne et la France seraient unies ! Partageraient la même monnaie ! Sans guerre ! Cette description peut paraître un peu trop idéalisée (surtout quand on connaît toutes les tensions qui animent l’Union Européenne actuellement) mais en même temps elle montre à quel point il est important de préserver la paix…

«  Il faudra être patient, attendre peut-être… quarante ans, mais il viendra, je vous l’assure, ce jour où les frontières s’effaceront et où toutes les nations de l’Europe s’uniront. Je ne vous dis pas que tous les problèmes disparaîtront mais la paix régnera. Du nord au sud, de l’ouest à l’est, il n’y aura plus qu’un seul pays, une seule grande communauté où les hommes respecteront le même drapeau, chanteront le même hymne, partageront les mêmes richesses qu’ils paieront avec la même monnaie ! »

Le message que tente de faire passer ce roman est donc particulièrement fort et très intéressant même s’il peut paraître un peu simpliste et cucul. La dimension fantastique de l’histoire donne un peu de piquant à l’intrigue, et surtout beaucoup d’espoir à Reine qui tente par tous les moyens de sauver Louis Nicolic. Mais… le concept d’échange temporel pendant la Grande guerre ne vous fait-il pas un peu (beaucoup) penser à Lire la suite