A propos Mlle Jeanne

Mon blog : https://blogdeuxpourune.wordpress.com

Sur notre table de nuit… #139

Aujourd’hui c’est lundi, qu’avez-vous sur votre table de nuit ?

Cette semaine j’ai fini les Mémoires d’Hadrien de Marguerite Yourcenar…

… et je viens de commencer Le trafiquant d’épaves de Robert Louis Stevenson.


résumé de l’éditeur : Le jeune Loudon Dodd, en dépit d’une famille bourgeoise rêvant pour lui d’une carrière à la Bourse, s’émancipe et découvre les frissons d’une vie autrement plus risquée. Appelé par Jim Pinkerton dans le grand port de San Francisco, puis initié à des affaires pour le moins hasardeuses, le jeune aventurier s’approprie pour la revendre la cargaison d’un navire échoué. L’équipage, hagard, lui apprend alors qu’au lieu d’inoffensifs sacs de riz, c’est une autre marchandise que contiennent les soutes…

Ensuite je pense lire Broadway Limited de Malika Ferdjoukh !

résumé de l’éditeur : Jocelyn Brouillard, 16 ans et demi, boursier, français, débarque un soir d’automne de 1948 à la pension Giboulée. C’est une erreur, un parfait malentendu. Il est à New-York et on l’a pris pour une demoiselle à cause de son prénom. Car la Pension Giboulée est une de ces boarding houses exclusivement réservées aux jeunes filles qui veulent demeurer à l’abri des loups de Wall street et de la 42ème Rue. La gente masculine y est résolument interdite. Heureusement, Jocelyn joue très bien du piano… Venues de tous les coins d’Amérique, ces jeunes filles rêvent de conquérir la grande ville, de voir leurs noms en haut des théâtres de Broadway. A Giboulée, elles sont au nombre de 6. Il y a Chic qui fait des publicités pour du shampooing aux œufs très rose, ou pour des soupes Campbell’s avec de la tomate très rouge qu’elle déteste, et qui se fait offrir des chausse-pieds par ses nombreux soupirants… Il y a la baroque Ursula, qui chante à la radio, Etchika qui conduit une voiture au prénom de femme fatale… Et comme si ce n’était pas assez, dans la maison juste à côté habite  Dido, une collégienne qui a des problèmes avec le FBI. Et que diraient leurs logeuses, la respectable Mrs Merle et son dragon de soeur, si elles apprenaient que, derrière ses lunettes de fille sérieuse, l’énigmatique Manhattan donne de mystérieux rendez-vous à des messieurs dans les bars à Greenwich Village, ou que Page aux charmantes tresses blondes est amoureuse de celui qu’il ne faut pas ? Enfin, il y a Hadley, qui vend des doughnuts le jour et des allumettes le soir, et qui est peut-être la plus insaisissable de toutes. Hadley est la fille chanceuse qui a un jour dansé avec Fred Astaire… Oui, l’immense Fred Astaire ! Mais alors pourquoi a-t-elle subitement arrêté la danse ? 

Et vous alors, qu’avez-vous sur votre table de nuit ?

Mlle Jeanne



Publicités

Au revoir là-haut de Pierre Lemaitre

Quelques jours à peine avant la fin de la guerre, Albert et Edouard sont blessés sur le champ de bataille, soufflés par une grenade lancée par leur supérieur, le capitaine Pradelle… Si tous les soldats ont hâte que le massacre prenne fin, peu se sont posés la question de leur avenir ; encore moins les gueules cassées. Edouard, défiguré en sauvant la vie de son compagnon, refuse de revoir sa famille. Albert lui fournit une nouvelle identité et s’installe avec lui dans une pension parisienne : là où la pauvreté semble les attendre patiemment, un horrible stratagème va leur offrir les espoirs les plus fous…

J’avais beaucoup entendu parler d’Au revoir là haut, notamment suite à la sortie du film en 2017 (je viens de revoir la bande annonce qui me donne décidément très envie de le voir)…

… et globalement j’avoue avoir été un peu déçue par le livre. J’ai adoré l’histoire, j’ai appris énormément de choses sur la Grande Guerre, l’inauguration des cimetières et des monuments aux morts, j’ai trouvé les personnages intéressants et assez fouillés, l’histoire est sans doute très documentée et indéniablement bien écrite. Bref, sur le fond je n’ai vraiment rien à reprocher à ce roman et j’ai eu du plaisir à le lire, mais je l’ai simplement trouvé long. J’avais l’impression de relire la même histoire plusieurs fois, mais aux côtés de différents personnages. J’ai trouvé que l’intrigue avançait un peu trop lentement, que ça manquait de rythme, sûrement parce que je m’attendais parfois un peu trop à ce qui allait se passer. Je n’ai pas réussi à trouver le côté foufou tant mis en avant dans la bande-annonce du film et, bien que l’histoire soit très originale et cynique, c’est peu être la présentation très crue des évènements, dénuée de morale, qui m’a perturbée. Peut-être aussi n’ais-je pas réussi à me détacher de l’impression que m’avait faite la bande annonce, malgré mon refus de voir le film avant d’avoir lu le roman.

On peut difficilement parler d’Au revoir là haut sans évoquer les masques d’Edouard, tous plus fantasques les uns que les autres. Je ne sais pas si c’étaient des moyens de dissimulation beaucoup utilisés par les gueules cassées ou si c’est une pure invention de l’auteur, mais ce sont en tous cas des objets qui révèlent la complexité d’une vie changée à jamais : les masques sont en effet des déguisements avant tout, mais aussi un moyen de s’exprimer pour Edouard, de se forger une multitude d’identités et d’observer sa nouvelle vie à travers le regard de créatures des plus variées…

Finalement, j’ai tout de même apprécié ma lecture : les événements sont abordés avec une poésie crue qui donne toute son originalité au roman. L’histoire est hors du commun et je ne pourrais, malgré mes réticences quant à la longueur de certains passages, que recommander ce livre qui dévoile l’hypocrisie de notre société d’une toute nouvelle manière.

Mlle Jeanne



La tarte à la rhubarbe

Bonjour,

Aujourd’hui, nous vous présentons une simple recette de saison, celle de la tarte à la rhubarbe ! Première étape de préparation: la pâte à tarte, puis dans un second temps bien sûr les rhubarbes et la garniture 😉

Préparation : 20 min                                        Cuisson : 25 à 30 min

Ingrédients pour la pâte à tarte :

  • 250g de farine
  • ½ paquet de levure
  • 1 pincée de sel
  • 3 cuillérées d’huile
  • 5 cuillérées d’eau environ (ou plus)

Mélangez la farine, la levure et le sel dans un récipient. Formez un puits et ajoutez progressivement l’huile et l’eau jusqu’à obtenir une pâte douce qui n’accroche pas. Etalez la avec un rouleau pâtissier et placez la enfin dans un moule préalablement beurré.

Ingrédients pour la garniture :

  • rhubarbe (trois pieds devraient être suffisants)
  • 60g de crème fraiche
  • 2 œufs
  • 40g de farine
  • 60g de sucre en poudre

Placez la pâte à tarte dans le fond du plat préalablement beurré. Disposez à la surface des tronçons de rhubarbe (2 à 3 cm).

Nappez avec le mélange de crème, d’œufs, de farine et de sucre en poudre.

Faites cuire à four chaud pendant 25 à 30 minutes.

Bon appétit !

Mlle Jeanne

Sur notre table de nuit… #138

Aujourd’hui c’est lundi, qu’avez-vous sur votre table de nuit ?

Cette semaine j’ai fini Au revoir là haut de Pierre Lemaître et Harry Potter 2, The Chamber of secrets.

En ce moment je lis Les mémoires d’Hadrien de Marguerite Yourcenar et j’écoute Harry Potter 3. The prisoner of Azkaban ! 😉

Ensuite je pense lire Le trafiquant d’épaves de Robert Louis Stevenson.

résumé de l’éditeur : Le jeune Loudon Dodd, en dépit d’une famille bourgeoise rêvant pour lui d’une carrière à la Bourse, s’émancipe et découvre les frissons d’une vie autrement plus risquée. Appelé par Jim Pinkerton dans le grand port de San Francisco, puis initié à des affaires pour le moins hasardeuses, le jeune aventurier s’approprie pour la revendre la cargaison d’un navire échoué. L’équipage, hagard, lui apprend alors qu’au lieu d’inoffensifs sacs de riz, c’est une autre marchandise que contiennent les soutes…

Et vous alors, qu’avez-vous sur votre table de nuit ?

Mlle Jeanne