Le soleil des Scorta, de Laurent Gaudé

Tout commence avec le retour de Luciano Mascalzone, qui en quinze ans ne reconnaît plus son amour de jeunesse, de cette erreur toute simple venue d’un désir de vengeance. Tout commence avec son retour, ou peut-être bien après, avec l’enfant laissé derrière lui. Rocco, Domenico, Giuseppe, Carmela et les autres, tout se revendiqueront des Scorta après lui. Mis à l’écart, rejetés, isolés, de ce nom maudit ils feront une fierté d’années en années.

« La chaleur du soleil semblait fendre la terre. Pas un souffle de vent ne faisait frémir les oliviers. Tout était immobile. (…) Il était deux heures de l’après-midi, et la terre était condamnée à brûler. »

Si je ne savais pas trop à quoi m’attendre en commençant ma lecture, les toutes premières phrases annoncent la couleur, l’ambiance pesante et douce du Sud de l’Italie. On commence l’histoire aux côtés de Luciano Mascalzone et on l’achève quelques générations plus tard, des personnages tous plus attachants les uns que les autres en mémoire. Les Scorta ne sont pas gentils, bons et généreux par nature, de par la naissance de leur lignée ils vivent à part de la communauté. Ce sont tout sauf des héros parfaits, des protagonistes irréprochables, des croyants dévoués, ce sont les Scorta et ça veut tout dire. Du rejet, ils inspirent le respect et de la misère ils passent au bonheur. Des secrets, ils en ont, et pas qu’un peu, de « l’argent de New York » aux non-dits et c’est ce que s’apprête à révéler Carmela pour ne rien oublier.

J’ai commencé à lire, et les chapitres se sont enchainés, les destins se sont entremêlés, les générations se sont succédées… en une journée. Oui, c’est sans soute un peu trop rapide (mais y a-t-il une meilleure raison pour le relire ?) mais c’est pour dire à quel point l’histoire m’a captivée ! Si dès les touts premiers mots on pénètre dans l’histoire pour ne plus en ressortir, l’ambiance si particulière du roman donne l’impression que tous les événements s’enchainent les uns après les autres tout naturellement et on a vraiment l’impression de vivre avec cette famille pendant quelques heures privilégiées. Les personnages sont tous très complexes à leur manière, rempli de sentiments contradictoires, liés les uns aux autres bien plus qu’on ne pourrait le croire.

«Je m’étais juré d’être une sœur. De n’être que cela. (…) Lorsque nous étions ensemble, nous pouvions manger le monde. Je pensais que cela allait continuer ainsi, jusqu’à la fin. Je me suis menti. La vie a continué et le temps s’est chargé de tout changer, imperceptiblement. Il a fait de moi une mère. »

En bref, Le soleil des Scorta est une magnifique et inoubliable épopée familiale, un roman à lire absolument autant pour découvrir les Pouilles du XXe siècle aux côtés de personnages hors du commun que pour se plonger dans une ambiance dont il est dur de ressortir !

L’avez-vous lu ? Qu’en avez-vous pensé ?

Mlle Jeanne



Publicités

Sur notre table de nuit…#129

Aujourd’hui c’est lundi, qu’avez-vous sur votre table de nuit ?

Cette semaine j’ai fini de lire Ne t’arrête pas T1 de Michelle Gagnon…

 résumé de l’éditeur : Noa se réveille sur une table d’opération, une cicatrice en travers de la poitrine. Elle ne sait pas où elle est, comment elle est arrivée là, ni même pourquoi elle a été opérée. Alors elle prend la fuite. Les tueurs à ses trousses confirment vite ses soupçons : rien de tout cela n’est légal.
La jeune fille, hacker talentueuse et solitaire, vit depuis plusieurs années en marge de la société et pense pouvoir semer facilement ses poursuivants. Elle se trompe : pour la première fois de sa vie, si elle veut survivre, Noa a besoin d’aide. Car elle est la clé d’un terrible secret. Et ceux qui la traquent n’ont aucune intention de la laisser s’échapper.

Et je viens de commencer Les infidèles de Dominique Sylvain.

résumé de l’éditeur : Alors qu’elle préparait un reportage sur l’adultère, Salomé Jolain, une jeune journaliste de TV24 à la renommée croissante a été sauvagement assassinée. On a retrouvé son corps dans la poubelle d’un square du 15e arrondissement de Paris, à proximité de l’hôtel de la Licorne. L’enquête est confiée au commandant Barnier, flic stoïque à la vie privée compliquée, et à son adjoint, l’énigmatique lieutenant Maze. Tous les proches de la jeune femme sont sur la liste des suspects, mais un nom retient toute l’attention de la Crim’, celui d’Alice Kléber, la tante de la victime et créatrice du site lovalibi.com qui fournit aux amateurs d’aventures extraconjugales des excuses et des preuves clés en main pour justifier leurs absences.

Ensuite je pense lire Le roman de Monsieur de Molière de Mikhaïl Boulgakov !

résumé de l’éditeur (extrait) : Une accoucheuse qui avait appris son art à la maternité de l’Hôtel-Dieu de Paris sous la direction de la fameuse Louise Bourgeois délivra le 13 janvier 1622 la très aimable madame Poquelin, née Cressé, d’un premier enfant prématuré de sexe masculin.
Je peux dire sans crainte de me tromper que si j’avais pu expliquer à l’honorable sage-femme qui était celui qu’elle mettait au monde, elle eût pu d’émotion causer quelque dommage au nourrisson, et du même coup à la France.»

Et vous alors, qu’avez-vous sur votre table de nuit ?

Mlle Jeanne



La vie comme elle vient, d’Anne-Laure Bondoux

Mado et Patty sont deux sœurs que tout oppose et qui ne se supportent pas. Pourtant, à la mort de leur parent dans un accident de voiture, Patti demande la tutelle de sa cadette, et elles sont bien obligées d’apprendre à vivre ensemble et à se consoler à tour de rôle. Au moindre faux pas, Mado est placée dans un foyer jusqu’à sa majorité, or elles n’ont désormais plus qu’une envie : rester ensemble. Plus de huit mois après l’accident, c’est le brevet, les grandes vacances, juillet à Paris, puis enfin août à la campagne, rien que toutes les deux pour la première fois. Toutes les deux, ou presque… car Patty est enceinte et ce n’est pas le dernier de ses mensonges.

En commençant ma lecture j’avais quelques a priori : 1) C’est écrit par Anne-Laure Bondoux, génial !!! 2) Bon ça a l’air un peu cliché quand même… Les deux se sont confirmés : j’ai adoré, et oui c’est cliché ! L’histoire initiale l’est en tous cas : les parents meurent, les sœurs sont radicalement différentes mais s’aiment quand même, l’une très forte en classe et timide, très responsable, l’autre serveuse dans un bar, inconsciente, adore le verni à ongles, et pour couronner le tout un bébé annonce sa venue au monde trop tard pour l’avortement. Bref, la liste est longue parce que quand on y réfléchit deux secondes rien n’est vraisemblable, rien n’arriverait dans la vraie vie… et pourtant le titre est bien La vie comme elle vient. Et ça explique peut-être tout : l’enchainement des circonstances est rarissime mais tout peut arriver, et il faut prendre les événements comme ils viennent, les uns après les autres et sans réfléchir. L’histoire est surement clichée mais au final ça n’a aucune importance, on suit les aventures de Mado et Patty avec d’autant plus de plaisir, parce que ça ne nous arrivera sans doute jamais, et heureusement !

Si j’ai finalement dévoré ce livre, c’est sans doute parce que j’ai tout de suite adoré Mado : c’est à travers ses yeux qu’on entre dans cette histoire abracadabrantesque, mais elle reste un personnage très vrai malgré les circonstances. Elle a des hauts et des bas, est responsable mais en a marre d’avoir trop les pieds sur terre, admire sa sœur et la déteste en même temps, s’énerve et s’en veut après. Paradoxalement c’est un personnage auquel je me suis très facilement identifié malgré tout ce qui lui arrive : certaines de ses réactions, ou de ses réflexions peuvent paraître toutes bêtes mais révèlent souvent ce que les gens n’acceptent pas, n’osent pas dire de peur d’être jugé. Lorsqu’elle raconte son retour au collège après l’accident c’est fait avec beaucoup de finesse, et de justesse aussi peut-être…

« Je me suis alors aperçue que j’allais passer mon temps à me surveiller pour être conforme à ce qu’on attendait de moi : je devais avoir l’air triste et abattue, point à la ligne. (…) Mes copines aussi se contrôlaient : il ne fallait pas rire, pas me bousculer, pas me parler de choses tristes, ni de choses gaies, éviter de prononcer les mots tabous comme « papa », maman » et même « voiture »… (…) Elles n’ont pas vraiment voulu me mettre sur la touche. J’étais sur la touche. »

Même si les deux sœurs ont des personnalités un peu exagérées, leur relation est ambiguë et tout sauf linéaire. Elle s’aiment et se détestent en même temps, se consolent et s’engueulent, se serrent les coudes malgré elles.

« – Moi ? Je te filais des compl…

– Mado est si vive, si intelligente, si curieuse, si réfléchie ! récite-t-elle en clownant les profs. Tu crois pas que ça fout les boules d’entendre ça en permanence ?

(…) – Toi aussi, tu me donnes des complexes, dis-je à mi-voix »

En conclusion, j’ai adoré La vie comme elle vient parce que les personnages sont géniaux et attachants, réalistes au milieu de leurs comportements incohérents au possible !

Mlle Jeanne



C’est le premier, je balance tout #5 (janvier 2019)

Bonjour,

Voici un petit bilan du mois de janvier ! 🙂

Du blog Allez-vous faire lire !

Mes lectures du mois de janvier :

             

Et j’ai écrit des articles sur Parce qu’il fallait t’oublier un peu, d’Eza paventi, Radieuse Aurore de Jack London, Ici Londres de Judith Kerr et L’assassin Royal de Robin Hobb !

     

Du côté cuisine, voici ma recette de la galette des rois ! 😉

Le top et le flop

Je pense que le livre que j’ai préféré ce mois-ci est Le soleil des Scorta. Je n’avais lu aucun livre de Laurent Gaudé avant celui-ci et ça a été une très belle découverte ! Je l’ai lu en une journée, peut-être un peu trop rapidement en effet, mais j’ai adoré cette épopée familiale. C’est une magnifique histoire racontée tout en douceur, le destin d’une famille incroyable à laquelle on s’attache rapidement ! Un article ne devrait pas tarder… Rendez-vous le mois prochain ! 😉

Et côté déception, je n’ai pas trop aimé cette BD dérivée des carnets de Cerise : l’histoire et beaucoup plus simplifiée, il n’y a presque pas d’intrigue et les émotions des personnages sont décrites avec beaucoup moins de poésie que dans les tomes précédents. Les illustrations d’Aurélie Neyret restent bien sûr magnifiques mais elles sont peu nombreuses, les pages de carnet ont pris le dessus !

Et vous, qu’avez-vous lu ce mois-ci ?

Mlle Jeanne



 

Sur notre table de nuit…#128

Aujourd’hui c’est lundi, qu’avez-vous sur votre table de nuit ?

Cette semaine j’ai fini l’Enéide (enfin !) et j’ai lu Espionnage intime de Susie Morgestern.

 

En ce moment je lis Ne t’arrête pas de Michelle Gagnon…

résumé de l’éditeur : Noa se réveille sur une table d’opération, une cicatrice en travers de la poitrine. Elle ne sait pas où elle est, comment elle est arrivée là, ni même pourquoi elle a été opérée. Alors elle prend la fuite. Les tueurs à ses trousses confirment vite ses soupçons : rien de tout cela n’est légal.
La jeune fille, hacker talentueuse et solitaire, vit depuis plusieurs années en marge de la société et pense pouvoir semer facilement ses poursuivants. Elle se trompe : pour la première fois de sa vie, si elle veut survivre, Noa a besoin d’aide. Car elle est la clé d’un terrible secret. Et ceux qui la traquent n’ont aucune intention de la laisser s’échapper.

Et ensuite je pense lire Les infidèles de Dominique Sylvain !

 résumé de l’éditeur : Alors qu’elle préparait un reportage sur l’adultère, Salomé Jolain, une jeune journaliste de TV24 à la renommée croissante a été sauvagement assassinée. On a retrouvé son corps dans la poubelle d’un square du 15e arrondissement de Paris, à proximité de l’hôtel de la Licorne. L’enquête est confiée au commandant Barnier, flic stoïque à la vie privée compliquée, et à son adjoint, l’énigmatique lieutenant Maze. Tous les proches de la jeune femme sont sur la liste des suspects, mais un nom retient toute l’attention de la Crim’, celui d’Alice Kléber, la tante de la victime et créatrice du site lovalibi.com qui fournit aux amateurs d’aventures extraconjugales des excuses et des preuves clés en main pour justifier leurs absences.

Et vous alors, qu’avez-vous sur votre table de nuit ?

Mlle Jeanne