La vie comme elle vient, d’Anne-Laure Bondoux

Mado et Patty sont deux sœurs que tout oppose et qui ne se supportent pas. Pourtant, à la mort de leur parent dans un accident de voiture, Patti demande la tutelle de sa cadette, et elles sont bien obligées d’apprendre à vivre ensemble et à se consoler à tour de rôle. Au moindre faux pas, Mado est placée dans un foyer jusqu’à sa majorité, or elles n’ont désormais plus qu’une envie : rester ensemble. Plus de huit mois après l’accident, c’est le brevet, les grandes vacances, juillet à Paris, puis enfin août à la campagne, rien que toutes les deux pour la première fois. Toutes les deux, ou presque… car Patty est enceinte et ce n’est pas le dernier de ses mensonges.

En commençant ma lecture j’avais quelques a priori : 1) C’est écrit par Anne-Laure Bondoux, génial !!! 2) Bon ça a l’air un peu cliché quand même… Les deux se sont confirmés : j’ai adoré, et oui c’est cliché ! L’histoire initiale l’est en tous cas : les parents meurent, les sœurs sont radicalement différentes mais s’aiment quand même, l’une très forte en classe et timide, très responsable, l’autre serveuse dans un bar, inconsciente, adore le verni à ongles, et pour couronner le tout un bébé annonce sa venue au monde trop tard pour l’avortement. Bref, la liste est longue parce que quand on y réfléchit deux secondes rien n’est vraisemblable, rien n’arriverait dans la vraie vie… et pourtant le titre est bien La vie comme elle vient. Et ça explique peut-être tout : l’enchainement des circonstances est rarissime mais tout peut arriver, et il faut prendre les événements comme ils viennent, les uns après les autres et sans réfléchir. L’histoire est surement clichée mais au final ça n’a aucune importance, on suit les aventures de Mado et Patty avec d’autant plus de plaisir, parce que ça ne nous arrivera sans doute jamais, et heureusement !

Si j’ai finalement dévoré ce livre, c’est sans doute parce que j’ai tout de suite adoré Mado : c’est à travers ses yeux qu’on entre dans cette histoire abracadabrantesque, mais elle reste un personnage très vrai malgré les circonstances. Elle a des hauts et des bas, est responsable mais en a marre d’avoir trop les pieds sur terre, admire sa sœur et la déteste en même temps, s’énerve et s’en veut après. Paradoxalement c’est un personnage auquel je me suis très facilement identifié malgré tout ce qui lui arrive : certaines de ses réactions, ou de ses réflexions peuvent paraître toutes bêtes mais révèlent souvent ce que les gens n’acceptent pas, n’osent pas dire de peur d’être jugé. Lorsqu’elle raconte son retour au collège après l’accident c’est fait avec beaucoup de finesse, et de justesse aussi peut-être…

« Je me suis alors aperçue que j’allais passer mon temps à me surveiller pour être conforme à ce qu’on attendait de moi : je devais avoir l’air triste et abattue, point à la ligne. (…) Mes copines aussi se contrôlaient : il ne fallait pas rire, pas me bousculer, pas me parler de choses tristes, ni de choses gaies, éviter de prononcer les mots tabous comme « papa », maman » et même « voiture »… (…) Elles n’ont pas vraiment voulu me mettre sur la touche. J’étais sur la touche. »

Même si les deux sœurs ont des personnalités un peu exagérées, leur relation est ambiguë et tout sauf linéaire. Elle s’aiment et se détestent en même temps, se consolent et s’engueulent, se serrent les coudes malgré elles.

« – Moi ? Je te filais des compl…

– Mado est si vive, si intelligente, si curieuse, si réfléchie ! récite-t-elle en clownant les profs. Tu crois pas que ça fout les boules d’entendre ça en permanence ?

(…) – Toi aussi, tu me donnes des complexes, dis-je à mi-voix »

En conclusion, j’ai adoré La vie comme elle vient parce que les personnages sont géniaux et attachants, réalistes au milieu de leurs comportements incohérents au possible !

Mlle Jeanne



Publicités

Sur notre table de nuit… #128

Aujourd’hui c’est lundi, qu’avez-vous sur votre table de nuit ?

Cette semaine j’ai lu La vie comme elle vient d’Anne Laure Bondoux !

résumé de l’éditeur : La vie les avait séparées. La vie normale, qui fait qu’une fille de vingt ans quitte la maison pour trouver un travail, aimer un amoureux, sortir avec ses amis, alors que sa soeur de quinze étudie encore au collège.
La mort de leurs parents, il y a neuf mois, sur une route de campagne, les a rapprochées. Le juge des tutelles a confié la garde de Mado à Patty. Depuis elles forment une paire improbable, deux filles aussi différentes qu’une tortue et un babouin. Une grande fêtarde, exubérante et généreuse et une petite réservée, anxieuse et sérieuse, qui s’adorent.
Mais ce qui va vraiment faire d’elles des soeurs, de sang, de sang d’encre, de lait, de rires et de larmes, c’est la vie. Une toute petite vie. La vie du bébé que Patty attend en cachette. Si le juge des tutelles apprend la nouvelle, c’est terminé : la DDASS s’en mêle, Mado part dans un foyer. Et ça, il n’en est pas question. Alors, puisque l’enfant doit naître mi-septembre, Patty et Mado décident de ne rien changer au programme de l’été : le mois d’août en Ardèche, dans la maison coupée du monde laissée par leurs parents. Le problème, c’est que Patty s’est trompée sur le terme de sa grossesse. À moins qu’elle n’ait un peu menti…

Je suis toujours en train de lire L’Enéide de Virgile…

Et ensuite je pense lire Les infidèles de Dominique Sylvain.

résumé de l’éditeur : Alors qu’elle préparait un reportage sur l’adultère, Salomé Jolain, une jeune journaliste de TV24 à la renommée croissante a été sauvagement assassinée. On a retrouvé son corps dans la poubelle d’un square du 15e arrondissement de Paris, à proximité de l’hôtel de la Licorne. L’enquête est confiée au commandant Barnier, flic stoïque à la vie privée compliquée, et à son adjoint, l’énigmatique lieutenant Maze. Tous les proches de la jeune femme sont sur la liste des suspects, mais un nom retient toute l’attention de la Crim’, celui d’Alice Kléber, la tante de la victime et créatrice du site lovalibi.com qui fournit aux amateurs d’aventures extraconjugales des excuses et des preuves clés en main pour justifier leurs absences.

Et vous alors, qu’avez-vous sur votre table de nuit ?

Mlle Jeanne



Sur notre table de nuit… #127

Aujourd’hui c’est lundi, qu’avez-vous sur votre table de nuit ?

Cette semaine j’ai lu L’absolue perfection du crime de Tanguy Viel, Le soleil des Scorta de Laurent Gaudé et Les carnets de Cerise et Valentin d’Aurélie Neyret et Joris Chamblain !

  

En ce moment je lis l’Enéide de Virgile…

Et ensuite je pense lire La vie comme elle vient, d’Anne-laure Bondoux !

résumé de l’éditeur : La vie les avait séparées. La vie normale, qui fait qu’une fille de vingt ans quitte la maison pour trouver un travail, aimer un amoureux, sortir avec ses amis, alors que sa soeur de quinze étudie encore au collège.
La mort de leurs parents, il y a neuf mois, sur une route de campagne, les a rapprochées. Le juge des tutelles a confié la garde de Mado à Patty. Depuis elles forment une paire improbable, deux filles aussi différentes qu’une tortue et un babouin. Une grande fêtarde, exubérante et généreuse et une petite réservée, anxieuse et sérieuse, qui s’adorent.
Mais ce qui va vraiment faire d’elles des soeurs, de sang, de sang d’encre, de lait, de rires et de larmes, c’est la vie. Une toute petite vie. La vie du bébé que Patty attend en cachette. Si le juge des tutelles apprend la nouvelle, c’est terminé : la DDASS s’en mêle, Mado part dans un foyer. Et ça, il n’en est pas question. Alors, puisque l’enfant doit naître mi-septembre, Patty et Mado décident de ne rien changer au programme de l’été : le mois d’août en Ardèche, dans la maison coupée du monde laissée par leurs parents. Le problème, c’est que Patty s’est trompée sur le terme de sa grossesse. À moins qu’elle n’ait un peu menti…

Et vous alors, qu’avez-vous sur votre table de nuit ?

Mlle Jeanne



L’aube sera grandiose, d’Anne-Laure Bondoux

 Nine devait aller à la fête de son lycée, retrouver ses amis et passer la soirée avec eux. Au lieu de ça, Titania, sa mère, l’emmène dans une cabane au bord d’un lac où ses souvenirs vont refaire surface. Elle s’apprête à raconter l’histoire qu’elle n’a jamais pu écrire et qui la hante pourtant depuis si longtemps ; la sienne.

Quand j’ai su qu’Anne-Laure Bondoux avait écrit un nouveau roman, j’ai tout de suite eu très envie de le lire. J’avais adoré La Princetta et le capitaine, Tant que nous sommes vivants et Les larmes de l’assassin, et L’aube sera grandiose a été une nouvelle bonne surprise.

Au début du roman, j’ai été un peu déstabilisée, il faut prendre le temps de rentrer dans l’histoire et de se laisser emporter. On passe la nuit avec Nine et sa mère, et beaucoup d’autres personnages racontés par Titania en même temps que sa propre histoire. Au début, ce sont juste des souvenirs d’enfance, et puis petit à petit, se mêlent à cela des mystères, des questions souvent dirigées vers la mère de Titania. On rencontre d’abord la Titania adulte, mère d’une ado, écrivain accomplie, et ensuite une enfant heureuse puis une jeune femme qui se cherche.

Avec Nine, on découvre une personne qui a un passé mystérieux et jamais dévoilé jusqu’à cette nuit qui s’annonce longue et chargée en révélations. En plus des souvenirs, la relation entre Nine et sa mère est particulièrement belle. On alterne de façon plus ou moins régulière entre un chapitre avec Titania enfant et un autre Lire la suite