Il n’est si longue nuit de Béatrice Nicodème

Six adolescents tentent de se frayer un chemin dans une Allemagne divisée par la terreur et la guerre. Six adolescents qui se croisent, hésitent et choisissent leur camp, entre nazisme et résistance.

« Un roman choral bouleversant qui donne une voix à cette jeunesse allemande souvent oubliée, à ces destins qui se sont eux aussi croisés, entrechoqués, et pour certains fracassés. »

Peu de romans parlent, à ma connaissance, du nazisme vu par de jeunes allemands. Je crois n’avoir lu pour ma part que Loin de la ville en flammes de Michael Morpurgo qui raconte l’histoire d’une famille allemande et d’un éléphant après les bombardements de Dresde de février 1945. J’avais également beaucoup aimé ce roman destiné à un public un peu plus jeune, ainsi que Max de Sarah Cohen Scali dont le sujet reste tout de même assez différent (projet Lebensborn).

Dans Une si longue nuit, Béatrice Nicodème présente avec simplicité des jeunesses bouleversées par la guerre et l’extrémisme politique, mais aussi des moments d’insouciance volés. Si on pouvait s’attendre à une prise de position manichéenne et sans ambiguïté par rapport à la politique notamment, les avis sont parfois nuancés. Si ces adolescents sont contraints de faire face à la vie et de quitter une enfance insouciante plus brusquement que prévu, ils restent néanmoins des adultes en devenir qui cherchent leur chemin en s’égarant parfois. On peut ainsi les voir évoluer et se responsabiliser au fil de l’histoire sans que leur avis ne soit linéaire. Otto, fervent admirateur du régime nazi qui se destine à une somptueuse carrière de SS, est donc tout de même un personnage nuancé qui frôle les clichés sans pour autant s’y cantonner… Mais chut, je n’en dis pas plus ! 😉

Les multiples points de vue qui enrichissent le roman d’histoires toutes très différentes sont complétés par des rencontres inoubliables. En effet, la solidarité est surement plus visible en temps de guerre et les relations sont souvent indispensables pour survivre… car la trahison guette toujours ! Tous ces comportements et sentiments complexes sont décrits avec justesse pour former un roman choral très réussi.

Mlle Jeanne



C’est le premier, je balance tout #7 (juillet 2019)

Bonjour à tous,

Après une petite pause des articles C’est le premier, je balance tout, voici un petit bilan du mois !

Ce mois-ci, j’ai lu :

        

 

 

 

 

 

 

 

Et j’ai écrit des critiques sur Ceux de la Louve de Pascale Perrier, Broadway Limited T1. Un dîner avec Cary Grant de Malika Ferdjoukh et Children of blood and bone T1. De sang et de rage de Tomi Adeyemi 😉

      

Côté cuisine enfin, je vous propose notre recette de lasagnes végétariennes !

 

Le top et le flop

Globalement j’ai apprécié toutes mes lectures, des livres plus classiques aux romans d’aventures modernes. J’ai tout de même particulièrement aimé Children of blood and bone : l’histoire est captivante, la couverture est vraiment magnifique, les personnages sont très intéressants… Bref c’est un coup de cœur et je vous laisse lire ma critique pour un avis plus détaillé 😉 Et donc par conséquent pas de flop !

Bonnes lectures d’août !

Mlle Jeanne



Sur notre table de nuit… #142

Aujourd’hui c’est lundi, qu’avez-vous sur votre table de nuit ?

Ces deux dernières semaines j’ai lu Il n’est si longue nuit de Béatrice Nicodème, Children of blood and bone T1. De sang et de rage de Tomi Adeyemi et un hors série Actu de la revue de culture générale L’éléphant !

   

En ce moment je (re)découvre la philosophie avec Le monde de Sophie de Jostein Gaarder !

résumé de l’éditeur : Tout commence le jour où Sophie Amundsen, une jeune fille de quinze ans, trouve dans sa boîte une lettre qui lui est adressée, et sur laquelle n’est inscrite qu’une seule phrase : «Qui es-tu ?». Une seconde enveloppe lui parvient, et à l’intérieur un nouveau petit mot : «d’où vient le monde ?». L’expéditeur de ces lettres reste un mystère, mais les questions posées intriguent Sophie. C’est le début d’une étrange correspondance qui va plonger la jeune fille en quête de réponses dans une longue visite des principales figures de la philosophie… Ce roman initiatique a conquis des millions de lecteurs à travers le monde. Sans doute parce que Le monde de Sophie ne donne pas de réponses pré-fabriquées mais parce qu’il pose des questions, de vraies questions.

Et ensuite je pense lire Le fer au coeur de Johan Heliot.

résumé de l’éditeur : Punie et brisée pour avoir bravé le regard d’un défenseur de la Vertu, la jeune Maïan est envoyée dans les tréfonds de la Ville-Basse pour y expier sa faute. C’est au coeur de ce purgatoire de vapeur dont personne ne revient jamais qu’elle rencontre Leonardo, un étudiant condamné pour avoir laissé libre cours à son imagination en créant des machines fabuleuses. Avec l’aide de Volco et Lanaé, deux habitants de la ville souterraine, Maïan et Leonardo tentent d’unir leurs forces pour survivre. Mais dans ces entrailles nauséabondes où les âmes sont corrompues à force d’être opprimées, il est difficile pour ces épris de justice d’accorder leurs ambitions…

Et vous alors, qu’avez-vous sur votre table de nuit ?

Mlle Jeanne



 

Sur notre table de nuit… #141

Aujourd’hui c’est lundi, qu’avez-vus sur votre table de nuit ?

Cette semaine j’ai fini L’oeuvre d’Emile Zola…

résumé de l’éditeur : Dans aucun autre roman Zola n’a mis autant de lui-même que dans L’Oeuvre. Zola, le critique d’art, ami de Cézanne, fervent défenseur, contre l’art officiel, de Manet, de Monet et de toute l’avant-garde qu’incarne Claude Lantier dans le roman. Zola, l’écrivain naturaliste, rêvant de donner son existence entière « à une oeuvre où l’on tâcherait de mettre les choses, les bêtes, les hommes, l’arche immense ». Zola, l’homme enfin, et les souffrances quotidiennes de la création vues à travers l’insatisfaction permanente et l’angoisse de déchoir d’un peintre génial et d’un romancier travailleur. Roman de la passion de l’art au détriment de la vie et de l’amour, L’Oeuvre met en scène à la fois l’enthousiasme d’une révolution artistique et le drame éternel de l’artiste aux prises avec la création.

… Et en ce moment je lis Il n’est si longue nuit de Béatrice Nicodème et Histoire de l’art de H. Gombrich !

Ensuite je pense lire De sang et de rage de Tomi Adeyemi ! 🙂

résumé de l’éditeur : Il fut un temps où la terre d’Orïsha était baignée de magie. Mais une nuit, tout a basculé, le roi l’a faite disparaître et a asservi le peuple des majis. Zélie Adebola n’était alors qu’une enfant. Aujourd’hui, elle a le moyen de ramener la magie et rendre la liberté à son peuple ; même si face à elle se dresse le prince héritier du trône, prêt à tout pour la traquer. Dans une Afrique imaginaire où rôdent les léopardaires blancs et où les esprits ont soif de vengeance, Zélie s’élance dans une quête périlleuse…

Et vous alors, qu’avez-vous sur votre table de nuit ?

Mlle Jeanne