Les carnets de Cerise, de Joris Chamblain et Aurélie Neyret

Bonjour à tous !

Un nouvel article sur les Carnets de Cerise et cette fois ci sur les cinq tomes !

Cerise est une fille d’une dizaine d’années qui vit seule avec sa mère. Elle rêve de devenir écrivain et aime imaginer la vie secrète des gens qu’elle rencontre. Avec ses deux amies, Line et Erica, Cerise a décidé de résoudre des mystères…

 A chaque tome, de nouvelles aventures ! Dans le premier tome, on a affaire à un zoo abandonné qui reprend vie, dans le deuxième, à un livre qui renferme beaucoup de secrets, le troisième nous fait découvrir l’atelier d’une relieuse et une chasse au trésor grandeur nature, dans le quatrième, Cerise participe à un jeu où il faut découvrir des énigmes dans un manoir… et dans le cinquième, c’est elle le mystère.

Car, si chaque tome relate une aventure bien distincte des autres, on retrouve à chaque fois les même personnages, comme Line et Erica, les deux amies de Cerise, Annabelle Desjardins, une romancière… et bien sur la mère de Cerise. Mais, dans les quatre premiers tomes planait un autre mystère, qui restait entier : le père de Cerise. Est-il mort ? Parti ? Réponse dans le cinquième tome !

Dans ce dernier volume, Cerise est accompagnée par sa mère dans un chemin qui s’avère difficile : essayer de se souvenir de ce qui s’est passé alors qu’elle était toute petite, se rappeler ce qu’elle a évacué malgré elle et qui l’a si profondément marquée.

Au fil des tomes, on apprend donc à connaître un peu mieux les personnages (jusqu’au dernier tome, qui ne manque pas de révélations) et je me suis vraiment beaucoup attachée au personnage de Cerise. Elle est présentée avec beaucoup de qualités mais aussi avec ses défauts : elle n’est pas toujours très à l’écoute des autres, parfois un peu trop curieuse… Et je crois que c’est en lisant le cinquième tome que j’ai pour la première fois eu envie de pleurer en lisant une bande dessinée. J’étais à fond dans l’histoire, et il y a une illustration à la page 33, pour être exacte, qui est impressionnante, très Lire la suite

Publicités

La vie compliquée de Léa Olivier, de Catherine Girard Audet, Borecki et Alcante (BD)

leaolivierbd

Léa Olivier déménage à Montréal après avoir passée toute sa vie à la campagne. Elle doit donc quitter sa meilleure amie, Marilou et sou chum (petit copain), Thomas. Mais entretenir une relation à distance n’est pas facile…

J’ai préféré cette bande-dessinée au roman. L’histoire est abrégée : certains passages n’apparaissent pas, d’autres sont raccourcis ou un peu modifiés. Les dessins sont sympathiques et illustrent bien l’histoire ; les couleurs sont vives et les tons orangers sont particulièrement beaux (comme sur la couverture). Les illustrations sur Montréal donnent très envie de visiter la ville, je n’avais pas exemple j’aimais entendu parler de la ville souterraine avant.

J’ai préféré l’histoire sous cette forme là même si je trouve que les dialogues ne sonnent pas très juste ; ils sont parfois un peu clichés. J’ai trouvé dommage que Jeanne n’apparaisse pas dans l’histoire car c’était un de mes personnages préférés ! Néanmoins les points que je reprochais au roman sont les mêmes pour la bande dessinée pour la plus part (voir La vie compliquée de Léa Olivier, roman)…

marguerite beaucoup

Merci beaucoup aux éditions Kennes pour cet envoi !

L’avez-vous lu ? Qu’en avez-vous pensé ?

Mlle Jeanne



Ninn T2. Les grands Lointains de Darlot et Pilet

Pour lire notre critique du tome 1 c’est ici !

ninnt2

Ninn est maintenant arrivée aux Grands lointains et elle découvre son monde. Accompagnée de son tigre et de l’homme tacheté, elle essaye d’attendre le fanal (un phare) en évitant les géants de pierre, les idées sombres et d’autres créatures fantastiques…

« Je veux rentrer chez moi ! Tu m’entends ?!… Chez moi !

– Ninn !… Tu es chez toi. »

J’ai beaucoup aimé ce deuxième tome, très différent du premier, mais tout aussi sympathique ! Les illustrations sont toujours aussi belles ; elles sont très poétiques et originales, et les couleurs, dans les tons bleus et verts, sont magnifiques !

Même si on découvre Les grands lointains et qu’on apprend beaucoup sur ce lieu fantastique, certaines de mes questions n’ont pas encore trouvées de réponse (on en saura peut-être plus s’il y a un troisième tome)… Le parallèle entre l’aventure de Ninn et celles de ses amis et de ses « pères adoptifs» donne un double aspect à l’histoire et la rend plus vivante. Lire la suite

Les dragouilles, T1 & 2, de Maxim Cyr et Karine Gottot

img_20160506_130853.jpg

Résumé (1er tome) de l’éditeur : Fais la connaissance de sept petites bêtes cornues et espiègles. Lève le voile sur l’origine des graffitis. Rigole en lisant des bandes dessinées absurdes. Découvre des noms de villes qui font rire. Épate tes amis en relevant un défi étonnant. Fais tout ça et bien d’autres choses en compagnie des dragouilles.

L’avis de Mlle Jeanne : J’ai été un peu déçue par les Dragouilles, mais c’est surement parce que ces bandes dessinées s’adressent à un public beaucoup plus jeune (7-8 ans). Plus exactement, ce sont des livres illustrés avec BD. Les Dragouilles sont des mélanges de dragons et de pommes de terre assez drôles, mais très stéréotypés! Lire la suite

Avril et le monde truqué et l’histoire d’un monde truqué

image001Avril et le monde Truqué est un dessin animé sorti le 4 novembre 2015 au cinéma.

Synopsis : En 1941, notre monde est toujours bloqué à l’air du charbon, Napoléon V est au pouvoir et de nombreuses inventions ou découvertes n’ont pas encore vu le jour; comme l’électricité par exemple. Les scientifiques disparaissent, enlevés par une mystérieuse association et sont recherchés par l’Etat. Avril vit seule avec son chat qui parle, Darwin, sa famille (des scientifiques) ayant disparu depuis une dizaine d’années après avoir découvert un fameux sérum ultime…

J’ai beaucoup aimé Avril et le monde truqué. Ce dessin animé, d’après un scenario de Benjamin Legrand et un univers graphique de Tardi est vraiment passionnant. Avril a beaucoup de caractère et est très attachante. Le personnage que j’ai préféré est Pops, le grand-père d’Avril. C’est un inventeur un peu farfelu qui vit dans une maison capable de se déplacer, voler et nager, et qui fait beaucoup penser au château ambulant (d’après le dessin animé du même nom de Miyazaki). L’histoire est originale et entraînante: on ne s’ennuie pas. Lire la suite