C’est le premier, je balance tout #3 (mai 2018)

Bonjour !

Malgré un petit ralentissement des publications sur le blog ces deux derniers mois, on se retrouve pour un bilan sur le principe de C’est le premier, je balance tout, du blog Allez-vous faire lire !

Ce mois-ci, j’ai lu :

                   

Et j’ai rédigé des articles sur Des fleurs pour Algernon de Daniel Keyes, Gramercy Park de Timothée de Fombelle et Christian Cailleaux, et Ce qu’ils n’ont pas pu nous prendre de Ruta Sepetys !

   

Le top et le flop

Encore une fois, j’ai adoré la plupart de mes lectures ce mois ci ! Elles étaient toutes très différentes les unes des autres, et donc difficilement comparables. Gramercy Park est une bande dessinée que j’ai lue d’une traite et que je vous conseille vraiment : elle est prenante, poétique et les illustrations s’accordent à merveille avec le texte (Yoko a par contre un avis plus nuancé que vous pourrez retrouver directement sur notre article).

J’avais envie de lire Ce qu’ils n’ont pas pu nous prendre depuis un bon moment et je n’ai vraiment pas été déçue. C’est un roman magnifique qui traite un sujet très dur : la seconde guerre mondiale et la déportation de milliers de Lituaniens dans des goulags de Sibérie, sous l’occupation Soviétique. Les personnages sont attachants, l’histoire est presque trop réaliste, poignante… Bref, c’est également un gros coup de cœur !

Frangine est également un roman que j’ai beaucoup aimé (haaaa j’ai l’impression de me répéter mais je commence à être à court de synonymes du verbe aimer. On va devoir s’en contenter ^^). Un autre sujet un peu sensible est abordé : la vie dans une famille d’un couple homosexuel. C’est Joachim, le grand frère en terminal, qui nous présente sa famille, son histoire et plus précisément celle de sa sœur, Pauline, qui entre en seconde. Frangine est un livre émouvant qui invite à la tolérance.

Du côté des mangas, j’ai continué ma lancée avec le deuxième tome de Nausicaa de la vallée du vent. Contrairement au premier tome qui était très fidèle au dessin animé (enfin ce serait plutôt l’inverse puisque les mangas ont été réalisés avant le film d’animation), ce deuxième tome s’en éloigne un peu : il y a plus de rebondissements et je commence à comprendre pourquoi il y a sept tomes… j’ai hâte de lire la suite ! Je n’ai par contre pas vraiment accroché au premier tome de FullMetal Alchemist, l’histoire m’a semblée moins recherchée, un peu plus caricaturale… et puis le nombre de tomes m’a un peu découragée aussi !

Les hommes aussi s’en souviennent est un livre passionnant composé du discours de Simone Veil de 1974 pour sa loi sur l’avortement, suivi d’une petite interview. Le discours de Simone Veil est impressionnant : il est puissant et elle aborde toutes les facettes de la question. Elle n’essaye pas d’éviter les patries sensibles (et nombreuses) de la loi sur l’avortement, mais les aborde une à une en justifiant son opinion et en démontrant l’importante de la légalisation de cette pratique. Bref, un parfait résumé de cette importante lutte dont je ne connaissais que les grandes lignes avant ma lecture !

Et j’ai également lu, dévoré, adoré, Antigone de Jean Anouilh du côté des pièces de théâtre ! Donc, heureusement, pas de flop non plus ce mois-ci ! 😉

Chronique d’ailleurs

Mon cousin a créé une chaîne youtube avec un ami récemment ! Elle se nomme La Chaîne du livre, et pour voir leur première vidéo sur Les particules élémentaires de Houellebecq c’est ici.

Ce que j’ai fait de mieux ce mois-ci

Dur de choisir ! Je suis allée pour la première fois à un atelier d’écriture du Labo des histoires et ça m’a beaucoup plu ! Sinon, dans le même registre, j’ai envoyé une nouvelle pour le Prix Clara.

Et vous, qu’avez-vous lu/critiqué. fait de mieux ce mois-ci ?

Bon mois de juin et belles lectures !

Mlle Jeanne



Publicités

Ce qu’ils n’ont pas pu nous prendre, de Ruta Sepetys

Lina, une jeune Lituanienne de 16 ans passionnée par le dessin, s’apprête à entrer dans une école d’art. Mais on est en 1941 et la seconde guerre mondiale touche les Pays Baltes par l’occupation soviétique. Lina est arrêtée par le NKVD et déportée avec sa famille. S’en suit un long et dur voyage vers les goulags de Sibérie…

Cela faisait très longtemps que j’avais envie de lire ce livre : Yoko l’avait adoré et m’en avait dit beaucoup de bien. Premièrement, je trouve le titre magnifique et mystérieux à la fois. Rien qu’en lisant la quatrième de couverture, on sait qu’un sujet très dur va être abordé, et ce titre le reflète bien mais laisse percer une petite lueur d’espoir, la vague idée d’une résistance. Dès la toute première phrase, le lecteur est emmené de force dans ce terrible voyage, en compagnie de Lina et de ses compagnons de route.

« Ils m’ont arrêtée en chemise de nuit ».

S’ensuivent quatre cent pages intenses pendant lesquelles on n’a qu’une phrase à la bouche : ce n’est pas possible, ça n’a pas vraiment pu arriver !

Lina est un personnage auquel on s’attache très facilement : c’est une jeune fille courageuse, révoltée, pour qui on a de l’admiration mais qui a aussi ses défauts. Je ne sais même plus combien de fois je me suis malgré moi comparée à elle pendant ma lecture, pour me dire que j’ai décidément beaucoup de chance ou que jamais je ne pourrais être aussi combative dans pareille situation. Lire la suite

Sur notre table de nuit… #110

Aujourd’hui c’est lundi, qu’avez-vous sur votre table de nuit ?

Ces deux dernières semaines, j’ai lu Frangine, de Marion Brunet, Gramercy Park, de Timothée de Fombelle et Christian Cailleaux, et Ce qu’ils n’ont pas pu nous prendre, de Ruta Sepetys. Trois livres magnifiques et poignants !

   

En ce moment, je découvre Antigone, de Jean Anouilh…

… et ensuite je pense lire Raison et sentiments, de Jane Austen

résumé de l’éditeur : En amour, comme en tout, rien n’a changé depuis le 19eme siècle de Lady Jane. Si la fougueuse Marianne s’abandonne à une passion qui menace de lui brûler les ailes, la sage Elinor prend le risque de perdre l’amour à force de tempérance. Raison et sentiments : impossible équation ? Les deux jeunes femmes devront apprendre de leurs vacillements. Pour le meilleur et pour le pire.

Et vous alors, qu’avez-vous sur votre table de nuit ?

Mlle Jeanne



 

Sur notre table de nuit… #62

Aujourd’hui c’est lundi, qu’avez vous sur votre table de nuit?

Cette semaine, j’ai lu:

C_La-perle_7038  leregarddesprincesaminuit  lareinemargot

En ce moment je dévore:

Le sel de nos larmes résumé de l’éditeur: Hiver 1945. Quatre adolescents. Quatre destinées.
Chacun né dans un pays différent.
Chacun traqué et hanté par sa propre guerre. Parmi les milliers de réfugiés fuyant à pied vers la côte de la mer Baltique devant l’avancée des troupes soviétiques, quatre adolescents sont réunis par le destin pour affronter le froid, la faim, la peur, les bombes… Tous partagent un même but: embarquer sur le Wilhelm Gustloff, un énorme navire promesse de liberté…

Ensuite je pense lire:

tant que nous sommes vivants

Et vous alors, qu’avez-vous sur votre table de nuit?

Mlle Jeanne