Ce qu’ils n’ont pas pu nous prendre, de Ruta Sepetys

Lina, une jeune Lituanienne de 16 ans passionnée par le dessin, s’apprête à entrer dans une école d’art. Mais on est en 1941 et la seconde guerre mondiale touche les Pays Baltes par l’occupation soviétique. Lina est arrêtée par le NKVD et déportée avec sa famille. S’en suit un long et dur voyage vers les goulags de Sibérie…

Cela faisait très longtemps que j’avais envie de lire ce livre : Yoko l’avait adoré et m’en avait dit beaucoup de bien. Premièrement, je trouve le titre magnifique et mystérieux à la fois. Rien qu’en lisant la quatrième de couverture, on sait qu’un sujet très dur va être abordé, et ce titre le reflète bien mais laisse percer une petite lueur d’espoir, la vague idée d’une résistance. Dès la toute première phrase, le lecteur est emmené de force dans ce terrible voyage, en compagnie de Lina et de ses compagnons de route.

« Ils m’ont arrêtée en chemise de nuit ».

S’ensuivent quatre cent pages intenses pendant lesquelles on n’a qu’une phrase à la bouche : ce n’est pas possible, ça n’a pas vraiment pu arriver !

Lina est un personnage auquel on s’attache très facilement : c’est une jeune fille courageuse, révoltée, pour qui on a de l’admiration mais qui a aussi ses défauts. Je ne sais même plus combien de fois je me suis malgré moi comparée à elle pendant ma lecture, pour me dire que j’ai décidément beaucoup de chance ou que jamais je ne pourrais être aussi combative dans pareille situation.

L’histoire des Pays-Baltes et de sa population n’est pas toujours très connue et ce livre incite à aller se documenter pour en apprendre plus et se rendre compte de l’ampleur de l’occupation et de toutes ses conséquences. Les notes de l’auteur permettent d’en apprendre un peu plus sur le contexte historique du roman. Si Lina et sa famille sont des personnages fictifs, le père de Ruta Spetys était Lituanien : comme certains personnages du livre, il a réussi à fuir en Allemagne, mais d’autre de ses proches n’ont malheureusement pas eu cette « chance ».

Ce qu’ils n’ont pas pu nous prendre est un roman poignant que je vous conseille vraiment. Je pense qu’il est très important de le lire et de le faire lire pour mieux se rendre compte de la situation à cette époque et prendre conscience de la dureté de ce pan méconnut de l’histoire !

L’avez-vous lu ? Qu’en avez-vous pensé ? N’hésitez pas à commenter pour donner votre avis !

Mlle Jeanne



Publicités

Une réflexion au sujet de « Ce qu’ils n’ont pas pu nous prendre, de Ruta Sepetys »

  1. Ping : C’est le premier, je balance tout #3 (mai 2018) | Blog Deux pour Une

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s