Beauté Parade, de Sylvain Pattieu

Bonjour à tous ! On se retrouve pour la critique du deuxième livre que j’ai lu pour le prix Ouest France Etonnants Voyageurs, Beauté Parade !

beauté parade Ils sont six femmes et un homme. Sept immigrés sans papiers que leur patron, qui louait le salon de beauté, a abandonnés. Mais ils sont restés, appelant la CGT, débutant une très longue grève pour faire savoir à la préfecture qu’ils exigent des papiers. Qu’ils veulent rentrer chez eux, un jour, pour rendre visite à leurs enfants, leurs familles, laissés en Chine ou en Cote d’Ivoire.

 Le sujet du roman, la lutte de sans papiers, travaillant depuis de longues années à Paris, pour pouvoir vivre légalement en France, est très intéressant. L’action se déroule au 50 bd de Strasbourg (dans le 10e arr. de Paris), on sait que c’est une vraie enquête, que tout cela est réel et tangible. J’ai beaucoup aimé les chapitres avec les descriptions des techniques de coiffures et les origines des cheveux. Sur cet aspect là de l’histoire, le sujet est approfondi par l’auteur ce qui est intéressant.

Mais je trouve qu’il manque un certain nombre de choses dans ce récit ou qu’à l’inverse des éléments sont en trop. Je n’ai pas compris, pourquoi, dans les cent premières pages, l’auteur racontait autant sa vie. Certains parallèles sont intéressants, notamment lorsqu’il parlait de sa tante coiffeuse, mais était-ce vraiment nécessaire de répéter deux fois que son fils a sa crèche dans le quartier, de répéter deux fois qu’il était auparavant enseignant dans un lycée d’enseignement prioritaire ?

J’ai également trouvé que certains témoignages, néanmoins très intéressants, se répétaient parfois en substance, ce qui était un peu dommage. Je regrette que le sujet ait été observé et raconté de si loin, j’aurais apprécié que les étapes de la grève nous soient plus racontées, qu’il y ait un suivit de l’action plus précis et que l’auteur évoque, ne serait-ce qu’une seule fois, la peur qui doit être présente, l’angoisse que ces immigrés, menacés de perdre tout ce qu’ils ont construit en France, doivent ressentir.

« Ne pas voir grandir, ne pas voir vieillir. Appeler, skyper, écrire. Ça ne remplace pas. Ça ne remplace pas les moments où on se serre, où on câline, ça ne remplace pas les moments en chair et en os. »

image001

Yoko

 



 

Publicités
Ce contenu a été publié dans adulte, Romans par Yoko, et marqué avec , , . Mettez-le en favori avec son permalien.

A propos Yoko

Les pépites de Jack London est un blog consacré à Jack London et à ses livres ; j'espère réussir à vous donner envie de découvrir quelques uns de ses passionnants romans comme Radieuse Aurore, le Talon de fer ou Martin Eden ! With my blog, I want to communicate my passion about Jack London’s books. Depuis bientôt un an, nous avons également créé avec ma sœur, Mlle Jeanne, un blog où vous pourrez retrouver nos avis sur nos lectures ! :)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s